eng
Bomb Girl
Paris, le 25 septembre 2013.

Alexis, qu'avez-vous imaginé pour l'été 2014 ?
Cette collection est un clin d'œil à Rosie the Riveter, fantasmée à la manière des pin-up de Vargas. Une certaine virilité émane d'elle, tout en transpirant la sensualité.

Votre héroïne reste très sexy...
Oui, c'est une bombe! Elle assume sa forte féminité tout en étant un tomboy. Très naturellement, elle s'approprie les codes du masculin, qu'elle twiste avec frivolité. Active, indépendante, elle ne fait que ce qu'elle veut, quand elle veut, avec qui elle veut. C'est l'assurance d'une fille d'aujourd'hui.

Comment traduisez-vous ce tempérament dans vos créations ?
J'ai beaucoup travaillé sur la précision des lignes, dessinées par les coupes et les découpes, graphiques mais virevoltantes. C'est l'été, elle a chaud, les vêtements découvrent son corps.

Le résultat est-il une collection qui mixe décontraction et raffinement ?
Bien sur, cette fille adopte un vestiaire hyper glam porté avec désinvolture, comme un mec. Elle met des jupes volantées et des débardeurs constellés de cristaux, mais aussi des vestes, des chemises d'homme et des combi. Elle fait des revers à ses pantalons et transforme le marcel oversize en robe. C'est contrasté, comme au niveau des matières et de la palette de couleurs: les cotons et coloris treillis sont adoucis par des crêpes et imprimés liberty aux tons de peau, indigo, moutarde. L'ottoman est lavé pour s'assouplir, le silicone fait d'un trench une véritable peau de serpent, etc.

Quelle serait la devise de votre pin-up ?
Comme Rosie: "We can do it!"
retour